1600 enfants de la Réunion enlevés pour repeupler les campagnes de France

Je m’effraie parfois du comportement de certains, et l’histoire récente (mais aussi ancienne) de notre pays fourmille de scandales, certes connus mais pour lesquels les autorités redoublent d’efforts pour laisser sous silence. Ainsi en est-il de ces enfants de la Réunion ? Entre 1963 et 1982, 1600 enfants (et en creusant un peu, on découvre que plus de 2.000 sont concernés) de La Réunion ont été emmenés de force vers les campagnes de l’Hexagone, prioritairement dans la Creuse.

Officiellement, il s’agissait de s’occuper des orphelins de l’île française et de repeupler les campagnes de notre pays. Officieusement, on se rend compte que la volonté politique était principalement de lutter contre la pauvreté galopant de la Réunion et que tous les enfants « volés » n’étaient pas orphelins loin de là.

Une hérésie qui cache son nom, la Réunion victime expiatoire

Le pire dans cette histoire, qui m’émeut et m’énerve, c’est que le grand ordonnateur de cet exode imposé n’est autre que M Michel Debré, un gaulliste pour lequel je ne nourrissais aucune rancœur particulière jusqu’à aujourd’hui. Comment peut-on décider d’une telle abomination ? Même les orphelins avaient droit au respect de leurs origines. Bien sûr que certains s’en sont bien sortis et ont connu une existence heureuse, mais alors …. Que dire de ce déracinement ? Aurait-on osé proposer pareille infamie à des enfants de départements de l’Hexagone ? Les enfants de la Meuse, ce département méconnu de tous excepté des historiens de la Grande Guerre, se seraient-ils réjouis de repeupler la Corrèze ?

Bien sûr, que dans ce récit épouvantable, le racisme est au cœur. Les politiques réussiront à détourner l’attention, mais le résultat est là. Les réunionnais, ces anciens esclaves étaient voués à la misère si rien n’avait été fait. Et alors, la misère chez soi ne vaut-elle pas mieux que le déracinement, loin des siens et de ses racines. Je ne prétends pas avoir une solution pour toutes ces problématiques qui se posent, et la pauvreté mais aussi la démographie galopante en sont deux particulièrement importantes, mais ne pas substituer l’indicible par l’ignominie.

Comme toujours, la république Française a reconnu ses torts puisqu’en février 2014, les députés ont voté la « Responsabilité morale de l’Etat vis-à-vis de ces pupilles ». Mais les excuses ne peuvent pas toujours être suffisantes, ….

Et vous, connaissiez-vous cette face sombre de l’Histoire française ? Et que vous inspire-t-elle ?

Restons en contact