Maxime CHATTAM, Le signal …d’une déception annoncée

Certains auteurs sont présentés comme incontournables, et pourtant ils se révèlent comme des déceptions un fois la dernière page tournée. Avec ce Maxime CHATTAM, c’est une nouvelle déception et pourtant….

Eric . Avril 2019

Le Signal(2018). CHATTAM, Maxime

Paris. Albin Michel. 742 p.

Maxime Chattam : Le Signal
Maxime Chattam : Le Signal

Présentation de l’éditeur Le Signal de Maxime CHATTAM

La famille Spencer vient de s’installer à Mahingan Falls.

Un havre de paix.

Du moins c’est ce qu’ils pensaient….

Meurtres sordides, conversations téléphoniques brouillées par des hurlements inhumains et puis ces vieilles rumeurs de sorcellerie et ce quelque chose d’effrayant dans la forêt qui pourchasse leurs adolescents…

Comment le shérif dépassé va-t-il gérer cette situation inédite?

Ils ne le savent pas encore mais ça n’est que le début…

Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?

Mon avis personnel sur ce dernier livre de Maxime CHATTAM

Plus de 740 pages, autant dire que ce pavé peut en rebuter plus d’un, dont je ne fais pas partie. Je ne connais que trop bien l’écriture directe et incisive de Maxime Chattam, qui ne déroge pas à cette règle. Mais je dois bien avouer, qu’après plusieurs livres de l’auteur, ce n’est pas plein d’enthousiasme que je me suis attaché à faire connaissance avec la famille Spencer. Une star de la radio et son écrivain (en manque d’inspiration) de concubin s’installent dans une petite ville bien tranquille : Mahingan Falls avec leurs deux enfants. Même là, l’auteur se joue de nous, car on ne peut pas vraiment parler de deux enfants, mais bien d’un fils et de son cousin…mais je vous laisserai le découvrir.

L’écriture est fluide, et l’auteur nous brosse un portrait de ce nouveau cadre de vie, nous laissant deviner que la cité n’est pas si calme que cela. C’est l’occasion pour lui de nous dépeindre les travers de nos sociétés, à travers les personnages qui habitent Mahingan Falls. Et je peux vous dire, que Maxime Chattam a du oublier de mettre le frein sur les stéréotypes….

Bien évidemment, l’aventure va pouvoir commencer à s’installer. Et vous l’avez bien compris, le calme et la quiétude ne seront que de courte durée. Mais attention, le surnaturel ou plutôt l’inexplicable s’invitent de la partie. D’abord par petites touches, qui ont toutes le mérite d’être crédibles et de laisser planer le doute. A l’inverse, plus les pages se tournent, et plus l’irrationnel gagne du terrain, et c’est toute la crédibilité du livre qui en prend un coup, à mon sens. C’est une déception, car très vite on est transporté dans un roman pour adolescents et non plus dans ces livres, que maxime Chattam nous avait habitué. Que dire de la course poursuite dans les sous-sols de la ville ? Et ce flic perdu, qui essaie de comprendre ce qui se passe, quitte à renier ses propres convictions ?

Vous l’avez compris, c’est une nouvelle déception pour ce Maxime Chattam. Le livre avait pourtant bien commencé, mais selon moi, il s’égare sur des chemins non maitrisés. Cela m’a permis néanmoins de revivre ces moments passionnants, que je vivais plus jeune à la lecture des livres du maitre du genre : Stephen King. Misery, Charlie, …. Voilà peut-être ce qui a pu perdre Maxime Chattam, qui à force de trop vouloir côtoyer le maitre du suspens se brule les ailes et donc les pages.

Et vous, avez-vous lu ce livre et qu’en avez-vous pensé ?

Tourisme noir ou tourisme de la désolation, la passion aussi perd la tête

Tourisme noir ou tourisme de la désolation ? Comment peut-on associer désolation et tourisme, alors que ce dernier doit nous émerveiller, nous faire rêver, nous émouvoir, … Encore une absurdité, qu’il m’est difficile de comprendre.

Eric, 14 juin 2019.

Continuer la lecture de « Tourisme noir ou tourisme de la désolation, la passion aussi perd la tête »

Franck Bouysse Oxymort, un roman noir à la hauteur ?

Tout commençait bien, puisqu’en attrapant Oxymort, ce roman de Mr Franck Bouysse je souris au jeu gagné par l’auteur….Occis et mort, quoi de plus beau pour un Oxymore … 🙂 Un plaisir de courte durée…

Eric 03 avril 2019

Continuer la lecture de « Franck Bouysse Oxymort, un roman noir à la hauteur ? »

La vente forcée, une arnaque commerciale bien rodée et pourtant ….

Ah, ces tromperies commerciales, parfois considérées par certains comme étant de véritables arnaques. Voilà un nouvel exemple d’une mésaventure vécue comme une véritable trahison …

Eric. Octobre 2020

Continuer la lecture de « La vente forcée, une arnaque commerciale bien rodée et pourtant …. »

Niagara, quand la musique nous attire dans la nostalgie

Avez-vous remarqué comment le « c’était mieux avant » nous guide au quotidien, notamment lorsqu’il s’agit d’écouter de la musique. Certains hasards nous conduisent à nous souvenir …

Eric 04/12/2021

Continuer la lecture de « Niagara, quand la musique nous attire dans la nostalgie »

Workaholic, perfectionniste ou tout simplement exigeant ?

Workaholic voilà donc le mot, le terme qui me taraudait en aout 2020, me renvoyant à une série de questions aussi dérangeantes que prometteuses. Suis-je Workaholic ou plutôt souffrant de perfectionnisme ?

Eric. 04 Aout 2020

Continuer la lecture de « Workaholic, perfectionniste ou tout simplement exigeant ? »

Tromperie sur la marchandise, quand HP nous induit en erreur

Voilà une mésaventure, qui m’est arrivée, mais que beaucoup m’avaient remonté auparavant. Quand la tromperie sur marchandise devient la règle … 

Eric. Septembre 2020

Continuer la lecture de « Tromperie sur la marchandise, quand HP nous induit en erreur »

Édition et collection de livres, une influence pour attirer le lecteur ?

Vous connaissez déjà ma passion pour la lecture et si je vous présente souvent mes dernières lectures, je me passionne également pour l’actualité de ce milieu si fascinant qu’est l’édition.

Eric. 12/11/2021

Continuer la lecture de « Édition et collection de livres, une influence pour attirer le lecteur ? »

Blanc d’Os de MALFI Ronald, une déception criante

Un titre accrocheur, une présentation flatteuse, ….quelques instants ont suffi pour me séduire et je me suis donc précipité pour découvrir cet auteur américain, que je ne connaissais pas.

Eric 15 octobre 2021

Continuer la lecture de « Blanc d’Os de MALFI Ronald, une déception criante »

L’écriture, un plaisir ou une torture ? Une question cruciale !

S’interroger sur la nature même de l’écriture peut apparaître déplacé pour certains, et pourtant. Ecrire a toujours été, pour moi, un plaisir, et pourtant avec les années passant (on comprend mieux alors le nom donné à ce site) je me rends compte qu’elle est aussi un véritable supplice sur bien des points.

Eric, 11 novembre 2019.

Continuer la lecture de « L’écriture, un plaisir ou une torture ? Une question cruciale ! »