Claire FAVAN, les Cicatrices, quand une auteure nous invite au pays de l’enfer

J’ai terminé ce thriller de 360 pages en quelques jours, tellement il est prenant par son intrigue et passionnant par l’écriture. Une écriture intelligente et bien ciselée, que je connaissais pas, celle de Claire FAVAN.

Les cicatrices. 2020. FAVAN Claire

Paris. Harper Collins. 359 p.

Présentation de l’éditeur de Les Cicatrices de Claire FAVAN

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion.

En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux. Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. Un type docile. Enfin, presque. Car, si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu’elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle.

Mais, alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter.

Mon avis (Mai 2020) sur ce roman de Claire FAVAN

Décidément le printemps 2020 restera marqué dans les esprits. J’étais déjà tombé, par hasard, sous le charme de la très talentueuse Camilla Grebe. (Et devinez ce que je suis en train de lire en ce moment, et dont je vous parlerai dans quelques jours …). Voilà un second roman, que j’ai choisi « par hasard » et qui m’a enchanté. Une auteure française de thrillers, dont j’avais déjà entendu parler et que je n’avais jamais osé abordé : FAVAN Claire. Son écriture est fluide, descriptive et travaillée à la fois, et elle arrive à nous faire oublier sa prose pour nous concentrer sur l’essentiel : l’intrigue. C’est au-delà de l’Atlantique, que l’auteure nous transporte pour nous plonger dans l’univers des tueurs en série. J’en vois déjà qui souris, en se disant que c’est du déjà vu, et pourtant elle réussit à changer d’angle et d’approche. Fidèle à mes critiques, je ne vais rien vous dévoiler, mais juste vous dire qu’enfin, un thriller travaille soigneusement ses personnages et c’est un vrai changement par rapport à bien d’autres thrillers.

C’est certes une intrigue policière, mais aussi un questionnement sans fonds sur bien  des problématiques : est-on conditionné par son enfance ? Peut-on s’en sortir quoi qu’on traverse ? Et comment ? La résilience, la fascination des tueurs en série, … tout y passe et c’est rondement mené. Parfois, quelques détails peuvent heurter mais honnêtement, j’ai passé un moment de pur plaisir à lire Claire FAVAN, et devinez quoi, je viens de la rajouter à ma liste des auteurs à suivre, avec en prime les anciens romans à découvrir …. Décidément ma liste s’allonge sans cesse, …

Quelques extraits forts (toujours subjectifs) du roman de Claire FAVAN

Elle lui a tout donné, tout : sa vie, son amour, sa dévotion, chaque seconde de son temps. Et il a tout rejeté en bloc, comme si ces attentions étaient nocives, comme si son amour fusionnel était malsain, comme si sa jalousie était une tare, comme si le fait de refuser de le partager avec qui que ce soit était une faute. 

Aidés de pseudos spécialistes, les journalistes analysent pour la millième fois le moindre détail, qu’ils arrivent à glaner. Ils le décortiquent, l’interprètent, le déforment et le recrachent à un public avide de sensations fortes. Ils ont érigé le façonnage du vide à un niveau confinant au génie (…)

Claire FAVAN
Claire FAVAN

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, je suis impatient de pouvoir échanger avec vous sur ce sujet, alors à vos claviers !

Restons en contact