Jacques Chirac, la disparition d’un géant de la politique française

 

Il s’en est allé, et nous nous y attendions tous, même s’il a surpris tout le monde. Jacques Chirac, né le 29 novembre 1932, est décédé à 86 ans. Président de la République de 1995 à 2007, l’homme est le dernier monstre politique, tout du moins en France. Attachant par sa gouaille et sa gentillesse apparente (je ne peux que le voir, comme vous, n’ayant jamais eu l’honneur de le rencontrer), Jacques Chirac a cette image du patriarche, qui a veillé sur nous pendant de si longues années. J’ai perdu mon papa il y a quelques mois, et même si ce n’est en rien comparable, j’éprouve une tristesse avant tout personnelle plutôt que politique ou sociale à l’annonce de ce décès.

N’étant encarté dans aucun parti politique, c’est un désarroi majeur qui m’m’émeut cette semaine, et ce jour (j’écris ces quelques lignes le dimanche 29/09) un hommage populaire est rendu à celui qui fut aussi l’édile de la capitale nationale pendant de si longues années. Pourquoi m’attrister de la perte d’un homme public ? Peut-être que je pleure l’homme, que je devinais humaniste et progressiste, attaché et attentif, …. Si le peuple lui rend un vibrant hommage, les journalistes ne sont pas les derniers à célébrer celui, qui a marqué notre vie publique pendant plus d’un demi-siècle. Attaché à l’écrit, j’ai par ailleurs acheté deux des journaux nationaux (Libération et Le Figaro pour ne pas les nommer) afin de conserver ces éditions si particulières et qui marquent notre histoire. J’ai toujours apprécié la conservation (peut-être aurais-je dû me consacrer à une œuvre d’archiviste) des documents, alors pou un événement majeur comme celui-là. Car c’est selon moi un événement majeur, comme il en arrive peu en France. Rien à voir, selon moi, avec le décès de Johnny Halliday mais bel et bien une fin bien plus triste à mes yeux.

Il me faudra expliciter un de ces jours ces sentiments mélangés mais sans trop réfléchir, je peux vous dire, que bien que je ne sois pas un afficionado de la politique, je suis profondément marqué par la disparition de celui, que je considère comme un grand homme. J’avais lu son autobiographie, il y a quelques années, et je vais, de ce pas, essayer de remettre la main dessus pour vous livrer mon avis sur le sujet …. Et j’ai ce week-end rendu hommage à Jacques Chirac à ma manière et en musique et avec une pointe d’humour.

Et vous, quel sentiment vous inspire la perte de cet Homme d’Etat que fut Jacques Chirac ?

Restons en contact