La civilisation maya se dévoile un peu plus avec le lidar

La civilisation maya sur le site de l’Avantage de l’âge. Je ne sais pas si je dois me réjouir ou au contraire désespérer. Encore un sentiment contradictoire, dû à cet avantage de l’âge, que je ne cesse de glorifier. Depuis ma plus tendre enfance, je suis passionné par l’histoire de l’humanité et notamment par celle de de la France. Il n’est pas étonnant dans ces conditions, que je sois toujours le président de l’association que je contribuai à créer il y a près de 30 ans. Cela tombe bien, puisqu’en 2020, cette association consacrée aux Abbayes de France s’est dotée d’une nouvelle ambition : mettre en ligne ces 30 années de recherches et de passions. Je n’incite personne à devenir membre ce n’est pas le but de mon propos aujourd’hui. Je reviens donc à mon propos. Depuis mes plus jeunes années, je me passionne aussi pour les civilisations précolombiennes, au premier rang desquelles figurent les mayas.

La découverte de la civilisation maya tranquillement installée depuis un ordinateur

Je me souviens de la lecture des récits des aventuriers, qui parcouraient la péninsule du Yucatan ou les terres du Mexique à la découverte de ces vestiges. C’était un autre temps. Mais je me souviens avoir frissonné en lisant la redécouverte de sites comme Palenque. Chaque cité maya était alors un véritable Machu Picchu.

Le site maya de Palenque
Le site maya de Palenque

Ces dernières semaines, nous avons appris qu’une équipe de chercheurs a exploré une zone de plus de 800 km2, et là franchement, on se dit que les aventuriers sont soit des surhommes, soit qu’ils exagèrent un brin. C’est au cours de ces fouilles, qu’ils ont mis à jour un site majeur : le complexe mémoriel d’Aguada Fenix dans le Tabasco, un état mexicain. On apprend que ces fouilles n’ont pas eu lieu en parcourant la jungle équatoriale, mais à partir d’un appareil sophistiqué permettant de « gommer » la végétation afin de restituer les traces de constructions passées. C’est cet appareil que l’on appelle le lidar. Pas étonnant que les chercheurs aient ainsi procédé à la découverte d’une vingtaine de sites. C’est une avancée majeure dans la connaissance de l’histoire de la civilisation maya, mais la magie n’opère plus de la même façon.

Le complexe Aguada Fenix, l’avancée de la connaissance des Mayas

Le complexe cérémoniel d'Aguada Fenix, un site maya
Le complexe cérémoniel d’Aguada Fenix, un site maya

Ce complexe mis à jour est néanmoins impressionnant, et il faudra des années (et peut-être même plus) pour qu’il nous livre tous ses secrets. Ce complexe met en valeur une plateforme de 1.400 mètres de long sur 400 de large et surélevée de 10 à 15 mètres de haut. Imaginez l’énergie et le nombre de bras, qu’il a fallu pour ériger cet édifice monumental. Mais l’architecture des grands monuments du passé (et cela vaut pour les sites mayas comme pour les théâtres romains) nous laisse entrevoir l’ingéniosité de nos ainés. Toujours est-il que les premières études laissent supposer que ce centre maya a été construit à partir de …l’an mil avant notre ère.  Selon les spécialistes (et je les crois volontiers), la construction appartient bien à la civilisation maya et non pas à celle des olmèques, qui  existait à cette époque.

Cartographie de la région pour mieux comprendre civilisation maya
Cartographie de la région pour mieux comprendre civilisation maya

Voilà donc une nouvelle fort réjouissante, car je ne doute pas que dans les semaines à venir, nous en apprendrons plus sur l’utilité et la fonction de ce complexe. Toujours est-il que je suis aussi profondément affecté de la disparition de ces aventuriers du siècle dernier, ces archéologues armés de bottes et de machettes …. La fin d’une époque.

Et vous, la civilisation maya, elle vous passionne ou pas ? Quelle est votre civilisation préférée dans l’histoire de l’humanité ?

Restons en contact