La délation, un sport national très dangereux pour notre avenir ?

Délation ou dénonciation ? Avouez-le, la nuance est ténue, mais elle m’interpelle néanmoins et pourtant. La délation n’est qu’une dénonciation méprisable et condamnable. On appelle à la dénonciation dès lors que l’on soupçonne des violences auprès d’une femme ou d’un enfant sans éprouver la moindre gêne, en ce qui me concerne en tout cas. Mais lorsque j’entends les appels à la délation lancés ces derniers jours sur les réseaux sociaux pour dénoncer celles et ceux, qui ne respectent pas le confinement, j’en ai la nausée.

Ces moralistes nous expliquent que la délation est indispensable au bien de toutes et tous, puisque ces « délinquants » violent les règles devant freiner la propagation du coronavirus. En empêchant ces « irresponsables « de sortir, ces appels à la délation seraient donc d’intérêt général. Je vous l’avoue immédiatement (mais vous l’avez déjà compris) je ne cautionne pas ce genre d’attitude, et surtout je condamne celles et ceux, qui s’y adonnent.

La délation, une dénonciation pour son paraitre ?

 

Ce genre de pratiques m’est intolérable, je dois bien l’avouer. Que les choses soient bien claires, je respecte toutes les règles édictées (même si je ne suis pas d’accord mais c’est ainsi). Je condamne ceux qui n’ont pas ce courage de le faire, car rester enfermé, ne plus sortir, abandonner ses projets et ses rêves relèvent bien du courage. Ils n’ont aucune excuse. En revanche, je suis comme beaucoup témoins de certaines violations de ces règles, et jamais je ne dénoncerai qui que ce soit. De même je condamne avec la même force cette délation expiatoire, car pour moi cela relève de la posture.

Plutôt que de dénoncer, que ces bien-pensants aillent voir les contrevenants en leur demandant de rentrer chez eux. Dans la majorité des cas, se faire rappeler à l’ordre sera suffisant et dans une minorité de cas, cela pourra dégénérer. Une agression physique ou verbale pourra alors conduire les forces de l’ordre à intervenir pour une raison valable…Vous allez me dire que ce sont des agissements extrêmes, et bien selon moi, c’est bien moins violent et méprisable qu’une délation …Ne tombons pas, ne tombez pas dans ce piège ?

Ne vous laissez pas influencer par ces donneurs de leçons, car après tout s’ils ont constaté ces violations, c’est bien qu’ils étaient dehors non …Et une interdiction, c’est une interdiction. Je modère mes propos mais j’éprouve vraiment de la colère avec ces délations qui se multiplient…Triste époque et le coronavirus n’est pas le seul en cause.

Et vous, avez-vous déjà dénoncé des voisins, des proches ?   Racontez-nous et expliquez-nous vos raisons …

Restons en contact