La santé en souffrance, quand les médecins sont destinés à vivre au désert

 

Le désert médical… voilà le mot, qui fait peur aujourd’hui. Des territoires se vident de leurs médecins et plus généralement de leurs soignants, et nous semblons incapables à endiguer le phénomène. Un problème inquiétant….

 

Comment la France a-t-elle pu devenir un vaste désert médical ?

 

Ne comptez pas sur moi pour vous donner la réponse, qui expliquerait que certains soient contraints d’attendre plusieurs semaines, quand ce n’est pas des mois entiers pour obtenir un rendez-vous chez un médecin généraliste ou spécialiste.  En voulant (trop ?) régenter le corps médical, l’Etat a créé lui-même les conditions de cet engorgement. Un numerus clausus, cadre d’un autre temps, une lenteur incompréhensible à réagir et voilà donc que certains territoires sont littéralement délaissés par les médecins, les infirmières et autres kinés. Ces professionnels libéraux de santé préfèrent bien souvent s’installer au soleil, où les populations se concentrent. Vous n’aurez pas de mal à obtenir un rendez-vous sur la Côte d’Azur, devenu un aimant aux candidats à une retraite dorée et aux étudiants en médecine souhaitant exceller dans la médecine générale. Nous ne sommes pas tous égaux devant l’accès aux soins, mais on préfère parler de désert médical, ce qui a un gros avantage : on traite l’apparente et supposée cause : le manque d’attractivité des territoires. Dans le serment d’Hippocrate, ne retrouve-t-on pas cette obligation (morale) de soigner son prochain ? Et comment le soigner si on ne s’installe pas où il réside (ou tout du moins à proximité).

Et maintenant, la santé en France, on fait quoi exactement ?

Les déserts médicaux, un coup de frein à la santé en France ?
Les déserts médicaux, un coup de frein à la santé en France ?

Il ne s’agit pas d’accuser uniquement l’Etat et les responsables politiques. Nous avons tous une part de responsabilité, mais quand même …. Va-t-on faire comme pour les hôpitaux et admettre que vouloir un médecin généraliste par ville ou village est insensé, et qu’il vaut mieux inciter à l’installation de grandes maisons de santé, où se concentrent toutes les professions médicales. Tant mieux si vous habitez à côté, cependant, dans le cas inverse, ne venez pas vous plaindre …

Et la rémunération des médecins et des kinés, vous y avez pensé. Pourquoi viendraient-ils s’installer en milieu rural, où leur patientèle serait bien moins réduite qu’en ville. Les autorités sanitaires ont défini des zones sous-dotées et surdotées, les premières permettant de toucher des aides de l’Etat pour lutter contre la désertification. On se croirait au guichet de la PACS, sauf qu’il s’agit ici de santé. Si un territoire n’est pas assez attractif pour attirer de nouveaux habitants ou au moins pour retenir ses enfants, comment voulez-vous espérer qu’un médecin décide de s’y installer ….C’est une question qui dépasse l’entendement. A titre personnel, j’aila chance d’habiter une zone bien pourvue en soignants et pourtant, une affiche est exposée dans toutes les pièces du cabinet médical que je fréquente. Elle précise qu’en cas de rendez-vous non honoré, le patient sera exclus de la patientèle, rien de moins…. Cependant, devoir attendre deux semaines quand vous avez attrapé une gastro n’est pas un motif de plainte (sic !). Même remis et en bonne santé, obligation de vous rendre à votre rendez-vous, ou de l’annuler bien en avance, sous peine de voir votre nom barré des listes de patients admis à faire appel à cette bande de jeunes médecins aux dents longues….

C’est donc bien tout un système qu’il faudrait revoir en urgence, et tout le monde en est conscient, mais les médecins ont des blouses blanches et non des gilets jaunes, un signe qu’ils sont moins revendicatifs et moins haineux….dommage pour les patients diront certains …..Par contre, le désert risque de s’étendre un peu plus chaque année pendant la prochaine décennie, alors attendez un peu avant de tomber malade.

N’hésitez pas à partager les absurdités, que vous avez pu constater en matière de santé et de répartition des soignants dans votre quotidien ?

 

 

Restons en contact