La vente forcée, une arnaque commerciale bien rodée et pourtant ….

La vente forcée

Les arnaques commerciales, c’est un sujet que j’apprécie particulièrement et malgré toutes les alertes, des consommateurs se font toujours avoir.

Eric 2 février 2020

J’y vais un peu fort, je vous l’accorde. Mais quand même ! Bien qu’il ne s’agisse pas d’arnaques commerciales mais plus de tricheries voire d’abus, force est de constater, que malgré une information de plus en plus détaillée et exhaustive, les Consom’Acteurs, que nous sommes devenus, continuent à se faire berner au quotidien. Je ne reviendrai pas sur les arnaques grossières, que de véritables bandits mettent en œuvre chaque jour. Non, aujourd’hui je veux vous parler de ces arnaques du quotidien, qui vous allègent de quelques euros. Les sommes évoquées ci-dessous ne sont en rien astronomiques, mais le procédé reste condamnable. J’ai reçu beaucoup de témoignages, mais par soucis de véracité et de transparence, je vais me limiter à 3 exemples (et donc trois articles) , dont j’ai été le dindon …. En revanche, n’hésitez pas à me faire parvenir vos propres expériences, et le cas échéant, je pourrai alors refaire un article.

Une offre gratuite pas vraiment gratuite, quand la presse succombe aux sirènes du capitalisme

Vous le savez, je suis un féru d’histoire certes mais aussi un grand passionné de l’actualité. Alors quand un journal national de renom me propose une offre 100 % gratuite, je succombe sans trop y réfléchir. Ca c’était avant. Par deux fois, cette année, j’ai cliqué sur une invitation à essayer le Figaro et une autre pour Le Journal du Dimanche. Les offres étaient claires : 100 % gratuite pendant 1 mois pour l’une trois mois pour l’autre, et ensuite un tarif préférentiel. Organisé, je me suis donc abonné sans rien payer, en prenant soin toutefois de bien enregistrer les dates de fin de période d’essai. Dans les deux cas, j’ai envoyé un mail au service client 15 jours avant la date fatidique. Et pourtant, l’un m’a prélevé une mensualité et l’autre 3 mensualités (sic). Contactés, les services client du Figaro et du JDD m’ont alors expliqué, qu’en raison du confinement les services concernés étaient débordés et que le retard accumulé n’avait pas pu permettre un désabonnement rapide. J’ai donc payé 4 mois d’abonnement pour 4 mis gratuits, avouez que le résultat ne correspond pas tout à fait à l’offre. Et le plus souvent on laisse passer ce genre d’incidents en se disant que ce n’est pas grave, et qu’après tout, on a quand même eu une offre gratuite. Mais quel journaliste effectuera une enquête digne de ce nom pour vérifier que ces retards ne sont pas sciemment entretenus…. Ce n’est pas une accusation juste une question.

Et vous, cela vous est-il déjà arrivé ? Avec quel journal et pour quel résultat ? un autre exemple à nous citer ?

Restons en contact

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *