L’écriture un plaisir ou une torture ? Une question cruciale

S’interroger sur la nature même de l’écriture peut apparaître déplacé, et pourtant. Ecrire a toujours été, pour moi, un plaisir, et pourtant avec les années passant (on comprend mieux alors le nom donné à ce site) je me rends compte qu’elle est aussi un véritable supplice sur bien des points.

Pourquoi me suis-je lancé dans l’écriture de l’Avantage de l’Âge ?

Je n’aurai jamais assez de place pour définir et décrire précisément ce que je cherche à exprimer ici. Dois-je écrire protégé par l’anonymat, au risque de tomber dans des jugements, do nt je n’aurai pas à assumer les conséquences ? Ou dois-je au contraire privilégier la revendication et la position assumée de mes écrits, au risque dans ce cas-là de choquer, gêner ou même fâcher mon entourage ? La question ne trouve pas, à cet instant, de réponse, mais cela viendra, j’en suis persuadé. Et je me fixe un ultimatum, que je conserve pour moi pour le moment, comme si l’Avantage de l’Âge m’amenait à me méfier des discussions précipitées. Il faut savoir prendre son temps, et se limiter….Et cela induit bien d’autres questionnements.

Une question de survie ou une volonté de rassembler ?

Parce que l’écriture implique d’être concis et de poursuivre son cheminement (intellectuel) jusqu’au bout, m’interroger sur l’anonymat ou non de ma rédaction, amène aussi à devoir répondre à bien d’autres questions. C’est ce questionnement, que j’ai décidé de regrouper sous cette catégorisation d’ »Avantage de l’âge ». Car celles et ceux, qui me suivent, connaissent déjà mon obsession de l’organisation, et j’en suis pleinement conscient …. 🙂 Répondre à ces questions m’obsède au quotidien, et Dieu sait que j’ai bien d’autres chats à fouetter.

  • Pourquoi écrire ?
  • Pourquoi privilégier le clavier à la plume ?
  • Par qui être lu ?
  • Dois-je chercher à rentabiliser cette passion dévorante ?
  • Sur quels sujets écrire ?
  • Dois-je m’interdire des sujets ou des débats ?
  • Qui peut écrire sur le site ? Dois-je ouvrir les colonnes à tout un chacun, ou dois-je me montrer au contraire sélectif ?

On retrouve donc, en partie, les questions que je me posais déjà à la création de ce site et cela date déjà de plus d’un an …Je m’interrogeais sur ma légitimité à vouloir défendre toutes celles et tous ceux, qui pouvaient se prévaloir de cet avantage de l’âge et l’écriture m’apparaissait déjà à l’époque comme la voie à privilégier. Sous prétexte de ne pas pouvoir à aucune des questions posées, je vais devoir aborder chacune des thématiques évoquées.

Un plaisir qui peut se transformer en une véritable torture

Ecrire est un plaisir, et par cette simple affirmation, je pourrai solutionner toutes les questions évoquées ci-dessus. Mais ce n’est pas aussi simple, car si je prends un plaisir incommensurable à écrire au quotidien, cela m’amène, et ce billet, en est la preuve la plus flagrante, à multiplier les interrogations et les doutes et donc à créer de nouvelles pistes à explorer et de nouveaux textes à rédiger. L’écriture serait ainsi une torture permanente, une remise en question de tous les instants, et parce que les écrits restent, l’écriture représente aussi la torture suprême, celle de se retrouver face à ses propres contradictions. Vous voyez bien que la question « pourquoi vouloir prolonger l’écriture de ce site » implique des questionnements bien plus profonds et nombreux.

Et vous connaissez-vous ce sentiment de nécessité vous poussant à écrire avant toute chose ? Un peu comme si ces pages noircies étaient une béquille à vos propres réflexions ?

Restons en contact