Les Smartphones, les nouveaux dangers pour les spectateurs

28 Juillet 2019

Celles et ceux, qui comme moi peuvent se prévaloir de l’avantage de l’âge, se souviennent e l’époque où lorsque nous allions au cinéma ou voir un spectacle, le stress grimpait lorsque le spectateur placé juste devant nous prenait place. Était-il géant auquel cas nous nous terrorisions alors de ne pas pouvoir admirer le spectacle en question, ou était-il frappé de nanisme, et son infirmité nous réjouissait secrètement. Et il en serait différemment aujourd’hui à m’en lire ? Bien sûr, car aujourd’hui, la question ne se pose plus. Dans tous les cas, nous serons gênés. A la première note d’un concert, à la première projection lors d’un spectacle son et lumière, nous verrons alors se dresser les smartphones et autres camescopes, censés immortaliser ce moment. Les géants nous masquent le panorama de leur hauteur, à laquelle il faudra rajouter le bras tendu et le smartphone allumé. Les nains eux sont décomplexés, et les perches à selfies leur permettent de surmonter leur handicap. Ils sont tous là en train de filmer, en train de réfléchir à la meilleure prise de vue possible pour ensuite pouvoir poster leur création sur leurs réseaux sociaux préférés.

Car il faut se montrer, dire ce que l’on a vu, ce que l’on a fait, ce que l’on a mangé, …. Et avec qui. Un nouvel impératif dicté par cette société de l’image et du paraître, bien éloigné de mes convictions les plus profondes. Bien évidemment, conserver un souvenir d’une soirée spectaculaire, d’un spectacle unique peut se comprendre, mais se concentrer une heure durant sur la captation des images de son Smartphone empêche l’apprenti réalisateur de profiter du spectacle. On ne pense plus à vivre l’instant présent mais on se projette sur comment utiliser ce moment pour se faire briller ou tout du moins remarquer. Attention, je ne jette la pierre à personne, puisque j’ai participé à cette mascarade de l’illusion pendant des années, et que je n’ai pris conscience des dangers de ce comportement qu’il y a quelques années. Allez voir un spectacle son et lumière, comme toutes les villes en organisent, et prenez une photo de l’assemblée de spectateurs…Inutile de me dire où vous êtes, mais je sais que sur ce cliché, les smartphones filmant l’événement seront innombrables. Un champ d’écrans saturés de couleurs qui se dressent au-dessus des têtes. L’image peut faire sourire et pourtant….

Vous vous reconnaissez dans ce comportement, alors posez-vous deux questions :

  1. Etes-vous assurés de n’avoir pas gêné un spectateur placé deux, trois ou même quatre rangées derrière vous ? Une gêne visuelle premièrement mais aussi une pollution visuelle car ces écrans sont tout sauf esthétiques
  2. Que retenez-vous d’essentiel du spectacle ? Êtes vous en mesure de le raconter de manière précise ? En un mot, vous êtes-vous concentrés sur l’Instant Présent ou êtes-vous restés axés sur la qualité des images, que vous avez réalisées …
Carpe Diem, profitez du spectacle et coupez vos Smartphones
Carpe Diem, profitez du spectacle et coupez vos Smartphones

Je connais la réponse à chacune de ces questions, et pourtant nous continuons. Le temps des poètes disparus est révolu et Carpe Diem est devenu un mantra, que l’on se répète à longueur de journée, convaincus que comme les moines qui « ruminent » les prières, cette répétition inlassable finira bien par produire ses effets.

Détrompez-vous, le temps passé est un temps que vous ne revivrez pas. Alors vaut-il mieux pouvoir prouver que vous étiez bien là (pourquoi doit-on continuellement justifier de ses activités au quotidien) ou profiter pleinement d’un moment unique, dont vous pouvez espérer garder le souvenir pour toute votre vie ?

A chacun sa réponse, et j’espère que vous connaissez déjà la mienne. Et vous, quelle est votre position ?

Restons en contact