Lire, un plaisir en danger contre l’Intelligence artificielle ?

Lire un plaisir en danger

Passionné par l’écrit et travaillant avec les supports technologiques les plus innovants, je m’angoisse de cette lente et inéluctable évolution …

Eric. 1er mars 2022

Depuis des années, on nous prédit l’avènement de l’Intelligence artificielle, IA pour les experts. Le Machine Learning permettrait ainsi de permettre aux robots d’accéder à « l’art » et surtout à la création artistique. On s’est ému des premiers morceaux de musique, composés par une intelligence artificielle tout comme on s’est effrayé du premier récit écrit par une machine (1 the Road, me premier roman écrit par une IA, a été publié, en septembre 2018 par Jean Boîte Editions). Pourtant, ce Machine Learning, ces algorithmes ont déjà largement révolutionné le domaine de l’édition et l’univers de l’écrit.

Un marché de l’édition déjà fortement impacté par la digitalisation

Certes, on ne peut pas se plaindre, mais que faut-il ressentir, lorsqu’Amazon ou d’autres Pure Player vous proposent des livres qui vous attirent. Vous vous dites, que le hasard est bien fait, alors que cette surprise provient avant tout de la capacité de ces algorithmes à guider les conseils de lecture. Ah si vous êtes passionné de romans historiques et de romans Harlequin (oui, je suis conscient que l’écart est immense entre les deux), il vous faudra choisir. On pouvait déjà déplorer la disparition lente mais continue des librairies indépendantes, et désormais on va pleurer la disparition de la surprise. Il nous reste les bibliothèques me direz-vous, ces lieux chargés de magie, pour lesquels j’exalte et me passionne. Mais cela n’est rien.

Je vous invite, comme je l’ai fait avec ma muse inspiratrice qui saura se reconnaitre, à vous plonger dans la lecture du formidable discours d’Umberto Eco, De Bibliotheca.  Prononcé il y a 25 ans, il fait ressurgir la puissance et le pouvoir de l’écrit. Ne vous êtes-vous jamais perdu dans les dédales de ces bibliothèques ? ne vous êtes-vous jamais égaré dans les rayons d’une librairie de quartier ? Au hasard de vos déplacements, il vous attend. Le livre, dont vous ignoriez jusqu’à l’existence, et qui va devenir votre meilleur compagnon pour quelques heures ou quelques jours. Inutile de conseils personnalisés ou non, vous le ressentez au premier regard. C’est donc fini de ces instants de grâce. J’ose espérer que non, bien au contraire.

Le numérique a déjà grandement envahi le monde de l’édition, et cela m’enrage. Et encore, je ne vous ai pas lancé sur la piste de ces traductions automatiques, qui deviennent de plus en plus efficaces et au passage mettent en péril la profession de traducteurs. Ou encore de ces outils assurant une mise en page parfaite en une heure, quand il en fallait des dizaines à des passionnés salariés. Un monde se meurt, mais il n’est pas le seul.

Et vous l’univers de l’édition et le numérique, vous en pensez quoi ? Des exemples à nous fournir ?

Restons en contact

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.