Millénium , une plongée dans le milieu carcéral

Après la lecture du 6ème et dernier tome de la série Millénium, je m’étais engagé à publier ici, les ressentis, que j’avais éprouvés à la lecture des anciens tomes alors voici le ème opus de Millénium, qui m’avait enchanté

 

Millénium 5. La fille qui rendait coup pour coup.(2017) LAGERCRANTZ David. Traduit du suédois par Hegel Roel-Rousson

Paris. Actes Sud. Actes Noirs. 398 p.

(LP 788)

Présentation de l’éditeur :

Une enfance violente et de terribles abus ont marqué à jamais la vie de Lisbeth Salander. Le dragon tatoué sur sa peau est un rappel constant de la promesse qu’elle s’est faite de combattre l’injustice sous toutes ses formes. Résultat : elle vient de sauver un enfant autiste, mais est incarcérée dans une prison de haute sécurité pour mise en danger de la vie d’autrui. Lorsqu’elle reçoit la visite de son ancien tuteur, Holger Palmgren, les ombres d’un passé qui continue à la hanter resurgissent. Quelqu’un a remis à Palmgren des documents confidentiels susceptibles d’apporter un nouvel éclairage sur un épisode traumatique de son enfance.
Pourquoi lui faisait-on passer tous ces tests d’intelligence quand elle était petite ? Et pourquoi avait-on essayé de la séparer de sa mère à l’âge de six ans ? Lisbeth comprend rapidement qu’elle n’est pas la seule victime dans l’histoire et que des forces puissantes sont prêtes à tout pour l’empêcher de mettre au jour l’ampleur de la trahison. Avec l’aide de Mikael Blomkvist, elle se lance sur la piste d’abus commis par des officines gouvernementales dans le cadre de recherches génétiques secrètes. Cette fois, rien ne l’empêchera d’aller au bout de la vérité.

 

Mon Avis (Mai 2018) :

La question de l’héritage ne se pose plus concernant David LAGERCRANTZ. J’avais déjà, lors de la sortie de Millénium 4, souligné à quel point j’estimais que l’auteur réussissait à prendre le flambeau de feu Stieg Larsson avec brio. Après l’intelligence artificielle, qui nous avait captivé, l’auteur plonge les héros de Millenium dans une sordide enquête sur des pratiques obscures des officines scandinaves.

Venue en aide à un enfant autiste, Lisbeth Salander se retrouve en prison, un milieu carcéral propice à faire ressortir son côté asocial. C’est de cette prison, qu’elle va recevoir des infos d’Holger Palmgren, en lutte contre la vieillesse. Des infos qui la replongent dans ses souvenirs et pour lesquelles Mikael Blomkvist va se mettre à creuser. On retrouve donc bien les héros de la saga, même si ce cru nous réserve quelques surprises. Nous ne nous attarderons pas sur le chemin pris par Holger Palmgren mais soulignerons l’attachement ressenti avec l’évocation de Faria Kazi, que Lisbeth va prendre sous sa coupe. Que dire des turpitudes d’Alvar Olsen, un gardien de la prison dans laquelle Lisbeth est enfermée. Des turpitudes, qui poussent l’auteur à nous interroger sur les choix d’une vie. Benito, une prisonnière née pour figurer dans Millenium (rires) ou Léon Manneheim, dont le passé va vite rejoindre l’enquête de notre journaliste préféré.

Vous l’aurez compris, cela part dans tous les sens (peut-être un peu trop) d’autant plus que le roman n’est pas un pavé avec 398 pages. Mais qu’importe, le pari est une fois de plus réussi, puisque ce nouvel opus nous fait passer un moment agréable. Je l’ai lu sans même m’en rendre compte. Bien évidemment, je regrette que certains personnages n’aient pas fait l’objet de plus de développements, mais l’esprit est intact même s’il commence à s’émousser. A lire donc pour le plaisir de retrouver cette saga culte qu’est devenue Millénium.

Et vous ce 5ème opus, comment l’avez-vous trouvé ?

 

 

Restons en contact