Mireille Calmel de retour avec la fille des Templiers

Présentation de l’éditeur du dernier livre de Mireille Calmel :

19 mars 1314. Jacques de Molay, le dernier grand maître de l’Ordre du Temple, est brûlé en place publique. Il a été condamné par le roi Philippe le Bel qui reproche aux Templiers de dissimuler un fabuleux trésor. Mais le jour du supplice, une colombe dépose un message entre les mains du souverain. C’est la malédiction, terrible : le Roi et ses fils paieront pour ce crime !

Huit ans plus tard…

15 juillet 1322. Une jeune paysanne, Flore Dupin, est pourchassée par les soldats de Charles IV.

Quel secret détient-elle ? Qu’a-t-elle à voir avec l’ordre du Temple ?

Un homme lui confie :

– Avant de mourir, le roi a prononcé ton nom !

Une confrérie mystérieuse, des femmes de courage, des Rois maudits, avec ce vingtième roman, Mireille Calmel signe un roman d’aventure fascinant.

La fille des Templiers de Mireille Calmel
La fille des Templiers de Mireille Calmel

La Fille des Templiers de Mireille Calmel – Mon avis (Novembre 2018) 

Les romans historiques s’inspirant plus ou moins librement de l’histoire des Templiers sont légion, et même Steve Berry s’y était essayé. Tous ne sont pas égaux, et ceux mélant franc-maçonnerie et templiers figurent peut-être parmi ceux, qui m’attirent le plus. Revenons à nos moutons avec la dernière saga d’une auteur, que j’apprécie depuis bien des années : Mireille Calmel. En ouvrant ce livre, j’avoue que ma première impression est déjà influencée par le souvenir des anciennes sagas, qui ont réussi à me maintenir en haleine et m’accompagnent depuis bien des années. Elora, Eloïn… Je commence à m’égarer à nouveau. Vous l’avez compris, je porte Mireille Calmel en grande estime, même si j’avoue que ces romans pourraient gagner à être plus creusés.

Toujours est-il qu’en commençant celui-ci, je craignais de retrouver l’histoire maintefois écrite des Templiers. Mais il n’en est rien, et il suffit de se souvenir du titre. On abandonne Jacques de Molay sur son bucher pour faire connaissance avec Flore Dupin, pourchassée par l’Inquisition … Pourquoi ? Est-ce le roi Charles IV, (on retrouve l’histoire des rois maudits racontés à la « Mireille Calmel » ) pourchassé par l’amour de Jeanne de Dampierre, qui a lancé ces fous de Dieu à ses trousses ? Pourquoi tant de haine pour retrouver une jeune fille apparemment toute innocente, alors même que toutes les pistes semblent mener jusqu’à elles …..

On comprend, Mireille Calmel veut brouiller les pistes, et avec son écriture, toujours aussi agréable et fluide, c’est un plaisir qui m’a été offert de retrouver chaque soir Flore et ses doutes, Flore et ses rêves, ….Pourquoi Flore s’échappe avec Armand après que Robert Gui, un inquisiteur qui fait froid dans le dos, ait ordonné le massacre de sa famille ? Pourquoi ce tourbillon de sentiment envers ce rémouleur, alors que son promis Gabriel n’est jamais oublié ?

Vous l’avez compris, encore une fois, j’ai été emballé par ce roman de Mireille Calmel qui s’attarde moins, ici, sur les descriptions. L’Histoire cède la place à l’histoire que l’auteur partage avec nous. Une écriture simple, sans trop de fioritures, qui maintient en suspens, et qui se termine, comme trop souvent avec Mireille Calmel, par la promesse de nouvelles aventures dans un tome deux déjà en librairie. Je m’empresserai de le lire même si il me faudra avant cela venir à bout de deux autres romans, dont je vous reparlerai.

Toujours est-il que je vous conseille ce roman, qui fut pour moi la confirmation que Mireille Calmel reste une conteuse hors pair. Je lis ici ou là les critiques qui s’y rapportent, mais la lecture comme bien d’autres plaisirs reste une activité purement égoïste, alors je partage mon ressenti….

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce roman ? Et des autres de Mireille Calmel ?

Restons en contact