Nay Catherine, des mémoires à lire et à relire

Nay Catherine des souvenirs éblouissants

Si j’ai toujours apprécié pénétrer les coulisses du pouvoir, c’est la première fois que cet indiscret voyage se fait accompagné d’une journaliste. Et franchement, cela ne donne qu’une envie : continuer. 

Eric. 30/04/2022

 

Tu le sais bien, le temps passe. Souvenirs, souvenirs 2. NAY Catherine

Paris. 2021. Editions Bouquins. Collection Mémoires. 426 p.

 

Présentation du second tome de NAY Catherine par l’éditeur

 

Après l’immense succès remporté par le premier volume, la suite très attendue des Mémoires de Catherine Nay. Elle couvre les années 1995-2017, de l’élection de Jacques Chirac à celle d’Emmanuel Macron. Près de trente ans de vie politique et journalistique, mais aussi personnelle, racontés avec le même sens du trait, de la formule incisive, la même intensité romanesque qui font de Catherine Nay une observatrice et une narratrice hors pair, souvent mordante et toujours savoureuse.

Catherine Nay révèle ici les épreuves auxquelles elle a été confrontée dans sa vie affective et familiale : la perte de l’homme de sa vie en juillet 2020, et avant cela la mort de ses parents et de l’un de ses frères. Épisodes intimes évoqués avec pudeur et vérité par une femme qui a toujours préféré parler des autres que d’elle-même.

Souvenirs, anecdotes, choses vues abondent dans cette nouvelle chronique où elle dévoile les secrets de la conquête du pouvoir de Jacques Chirac, ses rencontres avec Bernadette et les confidences volontiers acerbes de la première dame. Catherine Nay excelle dans l’art du portrait. Elle décrypte avec une maestria décapante les personnalités complexes d’Alain Juppé et de Philippe Séguin comme celle de Lionel Jospin.

Du séisme de 2002 à la montée en puissance de Nicolas Sarkozy jusqu’à son élection triomphale en 2007 et à son échec cinq ans plus tard, c’est une histoire plus hasardeuse de la Ve République que Catherine Nay décrit avec un mélange d’amusement et de perplexité. Elle montre Nicolas Sarkozy, qu’elle connaît bien, à travers ce qui fait sa force et sa faiblesse, dans sa vie publique ou privée, parfois à son détriment. Et consacre à son successeur François Hollande des pages sans concession.

Ce livre témoigne aussi de la nostalgie de son auteur envers une certaine époque du journalisme, qui a laissé place à une période médiatique elle aussi plus incertaine. Les bonheurs et vertiges du temps qui passe.

Mon avis sur ce second tome des mémoires de NAY Catherine

Je n’ai pas lu le premier opus, sorti en 2019, mais il figure désormais dans la liste des ouvrages que je dois lire. Si je connaissais déjà le talent de Catherine NAY en tant que journaliste politique, je lui découvre un certain talent d’auteur. Avec finesse et subtilité parfois (parfois les raccourcis sont bien plus brutaux), elle retrace des anecdotes en livrant (très rarement) ses propres opinions politiques. On la sait proche de certains, éloignés d’autres et révulsée à l’idée d’en côtoyer certains. Dans tous les cas, c’est une véritable invitation à un voyage dans le passé, ponctué de la vie de cette femme, qui, ressort, à mes yeux, après lecture bien plus admirable encore.

Sans méchanceté, Catherine Nay nous fait revivre sa vision de ces 20 années (1995-2017) politiques. Avec sincérité, elle nous livre ses vérités et ses analyses et témoigne d’une époque, qui n’est plus.

« Je n’avais jamais imaginé François Hollande en président de la République. (…). Il ne suffit pas de se prénommer François et de l’imiter pour être un Mitterrand. »

Parlant de « l’affaire Strauss Kahn », elle souligne sa perception des grandes tendances et confirme sa lucidité.

Sa chance est que cette sordide histoire lui soit arrivée avant l’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo

Je ne vais pas multiplier les citations, car vous l’avez compris, elles pourraient être légion. Un livre aussi instructif qu’émouvant, notamment quand elle nous parle d’Albin, son époux. Avec pudeur, mais aussi sincérité.  

Restons en contact

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.