Sauver le centre des villes de France, un enjeu crucial pour les Municipales

Je reviendrai prochainement sur le dernier livre, dont tout le monde parle, la biographie de Nicolas Sarkozy. C’est le premier tome, comme pour faire un pied de nez à un autre ex président Jacques Chirac, dont la vie avait aussi été découpé en plusieurs ouvrages. Peu importe, je veux ce soir revenir sur un autre sujet d’actualité (politique) ou un sujet qui le concerne à savoir les élections municipales. Lorsque vous devrez élire votre maire, vous penserez à tous les aspects de votre quotidien, et les problématiques liées au centre-ville n’échappent pas à cet intérêt.

J’ai connu cette époque, oiù l’on prenait plaisir à se promener dans les cœurs de nos villes de France. On pouvait y visiter le patrimoine historique extraordinaire mais aussi pousser la porte d’un des nombreux commerces, qui faisaient vivre ces artère commerçantes. Mais aujourd’hui, les centre-ville se meurent et ce depuis de nombreuses années. Les immenses centres commerciaux, que l’on aménage en périphérie des agglomérations, captent la clientèle de ces boutiques de centre-ville, qui année après année ne peuvent que constater l’hémorragie de clients (et donc de chiffres d’affaires). Non seulement, ces immenses centres périphériques concentrent tous les atouts mais ils sont devenus à leur tour le cœur des nouvelles zones d’habitation. Je m’explique, d’après les très officiels chiffres de l’INSEE, la population de seconde couronne des grandes métropoles a augmenté de 19.5 % entre 1999 et 2014. Normal que cet afflux de nouveaux habitants implique une réponse commerciale de la part des professionnels de la distribution. Dans le même temps, l’INSEE nous explique que les cœurs de ville ont connu une démographie en berne avec une hausse de 4 % sur la même période.

Moins de commerces en centre-ville, et voilà le cœur des cités qui devient moins attrayant. C’est bien beau de profiter d’un monument, d’un musée, d’une exposition, mais si après on est obligé de reprendre la voiture pour aller faire ses courses. Et on voit donc les centres périphériques organiser des manifestations en tout genre, des journées pour les enfants, des thématiques environnementales, … Bref le centre de la vie publique se déplace peu à peu. Dans ces conditions, le commerce de proximité titre la sonnette d’alarme depuis de nombreuses années.

Alors lorsqu’en novembre dernier, des manifestants décident de lutter contre un système devenu fou, en réclamant plus de lien social, on croit marcher sur la tête en voyant qu’ils ciblent en priorité le centre des villes. Le mouvement des Gilets Jaunes a aggravé la situation déjà bien périlleuse. Si le commerce spécialisé a reculé de 2.9 % en périphérie entre janvier et mai 2019, la baisse est de 3.9 % pour le cœur des cités. Des villes comme Montpellier, Toulouse ou encore Bordeaux ont perdu jusqu’à 15 % de fréquentation pendant plus d’une dizaine de samedis. Certes, on a pu voir ici ou là une hausse de la fréquentation le vendredi et le lundi, mais pas dans les mêmes proportions. Conséquence, le commerce de proximité s’est encore fragilisé, et les centres périphériques ont conforté leur position dominante. A quelques mois des municipales, il est temps de prendre le taureau par les cornes et de solutionner cette situation problématique. Un sujet crucial pour l’avenir de notre modèle de vie ….

Alors quelles sont vos idées pour sauver le cœur de nos villes ?

Restons en contact