Scènes de la vie quotidienne à l’Elysée

 

Scènes de la vie quotidienne à l’Elysée.2012.PASCAL, Camille

Paris. Plon. 272 p. . Date de parution : 11 octobre 2012

Scènes de la vie quotidienne à l’Elysée

 

Genre : Essai, Documents,

 

 

Résumé de l’éditeur pour ces scènes de la vie quotidienne à l’Elysée 

 

Témoin privilégié des deux dernières années du mandat de Nicolas Sarkozy, Camille Pascal, derrière les hauts murs de l’Élysée, regarde, observe et brosse quelques portraits d’après nature. Il saisit sur le vif, souvent avec humour, ces scènes d’une vie quotidienne rarement révélées aux yeux du grand public, au cours desquelles se jouent tout à la fois l’éternelle comédie du pouvoir et l’Histoire.

Des réunions en comité restreint dans le salon Vert de l’Élysée, qui alimentent tous les fantasmes, à la gestion de l’affaire Merah, de la préparation des discours du Président à la campagne présidentielle de 2012 et aux adieux au Jardin d’hiver, le lecteur pénètre dans les lieux les plus secrets de la République.

L’auteur nous invite à le suivre dans les couloirs d’une maison où l’on glisse plus que l’on ne marche et nous apprend à connaître ces acteurs discrets et dévoués qui, dans l’ombre, participent à façonner le destin du pays.

Ce livre ne se veut pas un simple verbatim de la présidence de Nicolas Sarkozy mais bien le récit très personnel, nourri par le souvenir et les réminiscences, d’une aventure politique et humaine irremplaçable.

Haut fonctionnaire, Camille Pascal est agrégé d’histoire. Après avoir enseigné à la Sorbonne et à l’EHESS, il a été le collaborateur de plusieurs ministres, directeur de cabinet de Dominique Baudis au CSA puis secrétaire général du groupe France Télévisions. En 2011, il devient, en tant que conseiller du Président, l’une des plumes de Nicolas Sarkozy.

 

Mon Avis personnel (Mars 2013) :

C’est donc dans la dernière partie du quinquennat de Nicolas Sarkozy, et plus précisément en 2011, que l’auteur devient la plume du président de la République. Force est de constater que le choix ne s’est pas fait par hasard, mais que Camille Pascal nous fait part dans ce témoignage de son érudition le tout dans une prose plus ou moins littéraire. Alternant les passages purement descriptifs avec les descriptions hautes en couleurs des personnages les plus illustres de notre République, il nous entraine donc dans la découverte du quotidien de ces lieux de pouvoir.

Que les curieux ne se fassent néanmoins pas trop d’illusions, les secrets de l’Etat ne nous sont pas dévoilés mais on y apprend la complexité du protocole. Les sièges autour des tables, où est appelé le chef de l’Etat, sont définis par l’ordre protocolaire, que nul n’oserait remettre en cause et l’ordre de la prise de parole de chacun des participants est tout aussi encadré. Aussi lorsque Camille Pascal entre au service de Nicolas Sarkozy, il en mesure l’honneur mais aussi les dangers. Il sait bien qu’il sera désormais sous les yeux des projecteurs.

La nouvelle de mon assomption élyséenne par la grâce des chrétiens d’Orient fit le tour du Palais en quelques heures et de Paris en quelques jours.

Bien sûr, l’ombre d’Henri Guaino (et même bien plus) pèse aussi bien sur le quotidien de Camille Pascal qu’à travers les pages de ce récit. Même si l’auteur entend témoigner de son vécu plutôt que de nous informer de son histoire personnelle, on apprend néanmoins qu’il gravit tous les échelons, non pas sans éprouver quelques craintes.

(…) le fait d’être indispensable au Président avait un revers, celui de ne jamais pouvoir quitter son service.

L’auteur nous décrit donc le protocole mais aussi le quotidien de la présidence. Les déplacements officiels, les caractères des uns et des autres et de croustillantes anecdotes. Pas de révélations mais des éclaircissements sur l’état d’esprit de ceux qui nous gouvernent. Le président bien sûr est omniprésent et on sent le lien qui relie les deux hommes. L’exigence de Nicolas Sarkozy semble fasciner l’auteur ((…)l’erreur est peut-être humaine mais elle ne fait pas partie du vocabulaire du personnel élyséen.). Lorsqu’il évoque les colères froides du président et notamment celle le prenant à son retour de Toulouse après les assassinats dans l’école juive, on comprend alors l’admiration (le mot ne me semble pas trop fort) de l’auteur vis-à-vis de cet employeur si particulier.

Le ton est tantôt grave tantôt prête à sourire, comme par exemple lorsqu’il souligne sa rencontre avec Gérard Depardieu, une immersion dans un autre monde celui du Show-Biz :

Cela dit, le monde du cinéma et de la télévision a ses règles, et rien ne s’oppose à ce que l’on devienne subitement les meilleurs amis du monde.

Bien sûr, les colères de notre ancien Président nous apparaissent plus violentes ou parfois plus sarcastiques que nous pouvions l’imaginer. Que dire de l’amour propre de l’ancien occupant du Palais de l’Elysée, qui se refuse à se laisser voler la vedette par son collaborateur, siégeant à Matignon, lorsque le premier ministre russe visite la France. L’épisode est délicieux et ce chapitre nous amène à comprendre qu’aussi mystérieux soit-il, le monde du pouvoir reste avant tout une histoire d’Hommes.

C’est donc un témoignage fort bien écrit, nous instruisant sur le quotidien de l’Elysée et sur les arcanes du pouvoir. Bien sûr pas de grandes révélations mais une atmosphère et un style qui nous pousse à approuver le choix de l’ancien président, lorsqu’il s’agit de choisir ses plumes.

L’arrivée sur Le Puy est toujours impressionnante, peu de paysages français sont, à ma connaissance, aussi profondément marqué du signe de la Croix.

Restons en contact
error