Vote blanc : pourquoi je glisserai une enveloppe vide dans l’urne ?

Le vote blanc, un vote pas si inutile

Dans quelques heures, la France connaîtra les deux candidats pour le second tour des élections présidentielles 2022. Nul doute, que je ne participerai pas à faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

Eric. 10/04/2022

 

Jour de vote en ce dimanche 10 avril 2022, et voilà tous les travers de notre société qui ressurgissent et se montrent sous leur grand jour. Je ne vais pas défendre tel ou tel candidat (quelle horreur) ni même me moquer des autres, mais bien m’interroger sur le sens d’un tel scrutin. Par ce scrutin présidentiel, les Françaises et les Français sont appelés à se prononcer sur la personnalité, qu’ils souhaitent voir diriger notre beau pays pour les prochaines années. J’insiste bien sur ce point, se prononcer pour et non pas déclamer contre. Il est absurde de vouloir voter contre une personnalité à mon sens. On peut ne pas être d’accord (et même on le doit) mais a-t-on vécu toutes ces luttes passées (je parle des grands combats des dernières décennies et des derniers siècles) pour n’avoir le droit d’être contre quelqu’un. Je ne le pense pas, et cette simple idée m’insupporte.

Candidat à l’élection présidentiel, le destin d’une personnalité

Autant vous le dire immédiatement, mon choix est déjà fait, et je voterai blanc ce jour et dans 15 jours. Un vote blanc, un vote inutile …C’est ce que j’entends souvent, et pourtant bien sur que non. Je vais non pas défendre mon point de vue mais tenter de vous expliquer ma démarche. Ne comptez pas sur moi pour vous détailler les dangers de telle ou telle promesse électorale ou encore de vous souligner les conséquences de telle ou telle décision.

En revanche, on peut déjà constater que les extrêmes peuvent séduire par certaines de leurs propositions, sans toutefois proposer une réponse globale. Qui ainsi ne peut pas approuver « l’égalité des salaires entre femmes et hommes », posée comme engagement électoral d’un candidat qualifié d’extrême. Mais ce vœu doit alors conduire au pouvoir un candidat qui prône aussi le « désarmement de la police ». Je ne vous dis pas que ces mesures sont à proscrire, mais tiens juste à signaler que certaines idées peuvent apparaitre comme contraires à vos principes et vos valeurs. C’est plus facile de s’en prendre aux extrêmes, mais ce diktat se vérifie aussi pour les listes dites de gouvernement.

Le vote blanc, une affirmation de sa propre conception de l’Etat

Chacune et chacun va donc écarter :

  1. Les listes en contradiction totale avec ses convictions,
  2. Les listes pour lesquelles les mesures phares ne laissent pas entrevoir de destinée pour le pays,
  3. Les listes conduites par une personnalité « choquante » ou « blessante »

Et vous voilà donc arrivé à ce stade, où il vous reste deux ou trois bulletins parmi lesquels vous allez devoir faire un choix. Ce raisonnement m’a conduit à une évidence : passé ce stade de la réflexion, il ne reste plus aucun bulletin à glisser dans l’urne.

Le vote blanc, un choix mûri
Le vote blanc, un choix mûri

Alors j’entends les arguments en faveur du « vote utile » en conduisant la liste la plus proche de mes convictions, ou le « vote utile » consistant à faire barrage à ces extrêmes jugés dangereux. Mais puisque je me bats pour ne pas être frappé du sceau de la civilisation du poisson rouge et ainsi revendiquer la capacité à rester concentré (et donc axé) plus de 10 secondes, j’ai donc décidé de voter pour ce que je crois. Je glisserai donc une enveloppe vide ce dimanche dans l’urne. Mais c’est totalement inutile s’exclameront certains. Bien sûr que non, au contraire. Que l’Etat n’ait pas pris le temps de légiférer pour tenir compte de ce vote blanc est une chose, mais que je puisse exprimer mon engagement démocratique (aller voter) tout en marquant ma désapprobation avec tous les programmes proposés (vote blanc) en est une autre. Voilà pourquoi, le vote blanc ne doit pas, à moins sens, être qualifié d’inutile et de dérisoire bien au contraire. D’autres me conseilleront alors de profiter de ma journée et de m’abstenir. L’abstention n’a alors rien à voir, et représente de multiples situations, qui ne peuvent se résumer en une approche. Quel rapport entre le jeune révolutionnaire refusant toute concession au système et le jeune actif, dont un voyage correspond au jour de scrutin. Voilà donc pourquoi, je voterai blanc pour ces élections présidentielles 2022.

Et vous le vote blanc, vous le comprenez ? Le pratiquez ? Comment le justifiez-vous ?

Restons en contact

Une réflexion sur « Vote blanc : pourquoi je glisserai une enveloppe vide dans l’urne ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.