Yann Moix, une rentrée littéraire ternie par une querelle familiale ?

 

Peut-on tout écrire au prétexte que l’on est un romancier ? C’est la question posée par le dernier roman de Yann Moix, Orléans. Peu de chance que vous trouviez une critique des livres de cet auteur quinquagénaire dans mes états d’âme livresques, car si l’auteur a pu m’attirer à un moment donné par la présentation de ces romans, cette querelle familiale m’a définitivement écœuré.

La querelle familiale de Yann Moix, une question de littérature ?

De quoi s’agit-il exactement ? Dans son dernier roman, Yann Moix décrit les traumatismes et les coups reçus par un enfant de la part de ses parents autoritaires et agressifs donc. Des scènes de pure méchanceté, où le gamin est tapé sans raison, où il est frappé à coup de fils électriques, …. Ecœurant donc mais c’est un roman, et je dois bien avouer que nous avons lu pire que cela. Sauf, que si le récit de Yann Moix a été publié comme un roman, l’auteur a laissé entendre, qu’il ne s’agissait pas d’une fiction mais bien d’un récit autobiographique. Ce sont donc les parents de Yann Moix, qui sont mis sous le grill, et très rapidement, le père admet quelques violences mais justifiées et se défend d’avoir pris son enfant en grippe. Il avait rejeté toute violence quelques jours auparavant et a donc nuancé ces propos. On sent déjà, que l’ambiance dans la famille ne doit pas être au bout fixe. Il suffit alors d’attendre quelques heures pour lire le frère de l’auteur.

Ce dernier publier une lettre ouverte, laissant entendre qu’il se retrouve dans le récit de son frère, sauf que lui est la victime et son frère Yann Moix donc l’auteur de ces violences répréhensibles. On se dit que la franchement, la famille ne tourne pas rond.

Antisémite ou opportuniste, Yann Moix un auteur machiavélique ?

Cette ambiance tendue, et le mot est faible, permet de dévoiler des faces obscures de l’auteur, puisque l’on découvre des écrits franchement antisémites de l’auteur. Ce dernier les nie en bloc, avant de devoir reconnaitre qu’il en est bien l’auteur mais que ces écrits ont été rédigés alors qu’il était très jeune. Il antidate ces écrits, puis finalement est obligé de faire face à la réalité en admettant de dire qu’il avait été un « jeune con ».

Le mensonge est donc une habitude dans la famille Moix. Pourquoi me suis-je emparé du dossier ? Je n’ai pas d’informations supplémentaires sur le sujet, et comme je le disais, le personnage ne m’inspire pas confiance mais l’avis est purement personnel. En revanche, je dois dire, que cela me dérange que l’on puisse, dans un roman et sans l’annoncer clairement, dénigrer un de ses proches en se cachant sous le prétexte de la création littéraire. Je m’explique Yann Moix aurait tenu ces propos sur une radio quelconque, il y aurait un procès déjà. Par contre, là puisqu’il s’agit d’une création littéraire, les avocats se montrent plus prudents ? Une bizarrerie que je ne m’explique pas.

Mais surtout, je m’étonne que Yann Moix ne cesse depuis quelques jours de jeter de l’huile sur le feu, et une autre question se profile alors : et si tout cela n’était fait que pour parler de son livre et en vendre le plus possible ? Et tout est alors imaginable ? Est-ce une querelle arrangée de longue date ? A-t-il volontairement menti voyant qu’il devait tout faire pour sortir son livre de la cohue de la rentrée littéraire ? Tout cela ne joue pas en sa faveur, ni en celle de sa famille à mes yeux.

Et vous, l’histoire Yann Moix, vous en pensez quoi ?

Restons en contact